2e5f9f951ea924e81182a84b55bd6fdf.png

« Food Stories »

2e5f9f951ea924e81182a84b55bd6fdf.png
Designer Interieur Melanie Trinkwell

MÉLANIE TRINKWELL

DESIGNER D’INTÉRIEUR, MWELL STUDIO


Valeur refuge par excellence, la « food » a déchainé les passions ces derniers mois. Certains ont plongé la main dans leur levain pour faire leur pain. D’autres en ont profité pour revoir leur façon de consommer et sourcer des denrées locales. D’autres encore ont réinventé le quotidien de leur intérieur en dressant de belles tables, comme pour continuer de croquer la vie à pleines dents ! Décryptage gourmand…

Une cuisine « à vivre »

Pourquoi il y a-t-il un tel écart entre les cuisines de nos grands-mères où toute la famille se serrait joyeusement le dimanche, et les nôtres où la famille est le plus souvent gentiment invitée à prendre congé ? Les cuisinistes sont passés par là… Les spots, les denrées et ustensiles cachés au placard, l’ilot immaculé, les configurations lofts, bref l’ennui absolu. Déconstruisons ces schémas hygiénistes pour se réapproprier la pièce, sa fonction et sa portée. N’ayez pas peur de suivre cette délicieuse odeur qui embaumait la cuisine de la maison de votre enfance… Ah ces tartes à la mirabelle que nous dévorions avec mes cousines….


Nostalgie:


Avant : la lumière était douce, une suspension, une applique peut-être, quelques bougies…


> Aujourd’hui : je condamne un spot sur deux pour les remplacer par des suspensions fines qui surmontent le plan de travail et j’installe un joli plateau avec quelques bougies sur l’ilot que je laisse à demeure.

Devol Kitchens Une Cuisine à Vivre

Crédit photo : Devol Kitchens « une cuisine à vivre »

Avant : le livre de recettes et les épices étaient à portée de main…


> Aujourd’hui : je sélectionne mes livres de recettes préférés, je les ôte de ma bibliothèque et je leur dédie une place de choix dans la cuisine, sur une étagère ou directement sur le plan de travail si sa surface me le permet. Idem pour les épices, je les transvase au passage dans de jolis contenants pour l’harmonie visuelle.

Avant : le vaisselier célébrait la vaisselle du quotidien…

> Aujourd’hui : je supprime les modules hauts de ma cuisine pour les remplacer par des étagères et ainsi exposer ma vaisselle ou mes “super-aliments” tels que mes bocaux et autres céréales.

Avant : la cuisine faisait aussi office d’entrée, de salle à manger, etc.


> Aujourd’hui : je revisite l’espace autour de mon ilot vide et y dispose une lampe de table, un billot en bois bien solide, d’élégants tabourets hauts en tissu (stop au plastique et au tout inox), un pot en céramique investit de quelques branches en fleurs du jardin, un tapis type kilim pour le confort et dissimuler ce carrelage quelconque.

Avant : il se suffisait de fermer la porte pour se sentir encore mieux…


> Aujourd’hui : puisque la limite entre cuisine et pièce à vivre n’existe quasiment plus, il est essentiel de les différencier par quelques astuces destinées à ancrer la cuisine dans l’espace, comme par exemple peindre son plafond dans une couleur soutenue, ou y installer une crédence coloré en zelliges, voire en lé de papier peint aux imprimés contrastés.

Le bonheur est dans l’assiette

Puisque le plaisir commence par les yeux (dit-on !)… recevoir et s’attabler devient un véritable moment de contemplation pour soi et ses convives. Linge de table, vaisselle, bougies, l’art de la table s’immisce au cœur de ces instants de partage, alors autant choisir les accessoires et les mixer avec soin. Avec la nouvelle passion des occidentaux pour la céramique, et sa portée ‘rurale’, les services de table se veulent en gré, terre cuite, faïence ou porcelaine ; plus la touche artisanale s’exprime, plus la composition a de la valeur. De même, n’hésitez pas à chiner de belles assiettes, des verres en cristal, des couverts en argent… Vous l’aurez peut-être remarqué, l’assortiment méthodique façon service de table de mariage n’a plus la cote ces derniers temps, et encore moins les assiettes contemporaines dénuées de sens. Pour le linge de table, rien de plus élégant qu’une nappe ou set de table en lin. Cette étoffe a l’avantage de ne pas nécessiter de repassage (finie la corvée !), c’est précisément son petit côté froissé et ses aspérités qui lui donnent tout son charme. Dans la même veine, pourquoi ne pas teindre un drap ancien et le ressusciter en nappe ? Au centre de la table, un joli bouquet de fleurs champêtres, quelques bouteilles en verre dans lesquelles vous aurez glissé de longues bougies, et la magie opère. Initiés lors du confinement, de nombreux « totems domestiques » continuent de fleurir en cuisine sur les réseaux sociaux, ou l’art et la manière de célébrer le quotidien : laissez s’exprimer votre créativité et amusez-vous à réaliser cette activité enchanteresse avec les enfants.

Priscilla Du Preez Le Bonheur Est Dans Assiette

Crédit photo : Priscilla du Preez « le bonheur est dans l’assiette »


Continuer votre lecture avec
La Lumiere Fut

With the days growing shorter, it’s time to talk about lights. This key element in any home improvement project strikes terror into many of us. For proof, look no further than those bare light bulbs still hanging from the ceiling several years after you’ve moved house… The famous Danish designer Poul Henningsen was already mocking us about this a century ago: « Furniture, style carpets, everything in a home is secondary to the importance of lighting. The correct illumination of a room does not require money, but insight. » So, prepare for your very own « Fiat Lux » moment…

Rédigé par : Mélanie Trinkwell, Interior Designer*

Ces Petits Objets Fetiches Du Quotidien

2020 – ein besonderes Jahr, was für vielen den Umstieg ins Homeoffice bedeutete. Ein neuer Rhythmus, der vielen aufgezwungen wurde und für manche noch weiterhin andauert. Laut Barclays CEO, Jes Staley « könnte das Konzept mit 7.000 Menschen in einem Gebäude zu arbeiten bald der Vergangenheit angehören. » In Anbetracht der momentanen Umstände sei es jetzt wichtiger denn je ein « Homeoffice » einzurichten, das seinem Namen gerecht wird. Die Anleitung folgt >>>

Rédigé par : Mélanie Trinkwell, Interior Designer

Toa Heftiba « Un Jeu De Matières »

Ma grand-mère, la regrettée Simone, se plaisait à clore tout débat de nature esthétique de ce sage adage : « chacun son mauvais goût ». Dans d’autres sphères, à d’autres époques, quand Nietzche soutenait que « le mauvais goût a son droit autant que le bon », Galliano ironisait : « je préfère le mauvais goût à l’absence totale de goût ! ». Un vaste sujet en matière de décoration et aménagement, dont je vous propose de débattre…

Rédigé par : Mélanie Trinkwell, Designer d’intérieur