2e5f9f951ea924e81182a84b55bd6fdf.png

« Kidsroom, mode d’emploi »

2e5f9f951ea924e81182a84b55bd6fdf.png
Designer Interieur Melanie Trinkwell

MÉLANIE TRINKWELL

DESIGNER D’INTÉRIEUR, MWELL STUDIO


Une chambre d’enfant personnalisée et bien rangée ? Un doux rêve qui n’existe que dans les magazines…. Non, cher-e lecteur-trice : un défi à relever avec l’aide de votre enfant ! Voici comment parvenir à un résultat harmonieux qui vous conviendra à tous les deux. Au programme, écoute, bienveillance et bricolage. Une expérience à tenter entre 4 et 10 ans.

La couleur

Arrivé à un certain âge, vers 4 ou 5 ans, votre enfant n’est plus le petit être docile que vous avez connu jadis, celui que vous influenciez astucieusement dans ses goûts et ses envies… Aujourd’hui, il s’exprime haut et fort, et revendique ses choix. C’est par conséquent le moment ou jamais d’établir un dialogue au sujet de sa chambre et plus largement de sa place dans les espaces de votre intérieur. À cet âge, les enfants adorent vous poser des questions, façon questionnaire de Proust : « quel est ton plat préféré, ton animal préféré, ta couleur préférée ? ». Alors répondez-lui avec honnêteté, il en sera touché, et la discussion pourra débuter. Nommez, par exemple, votre couleur favorite et expliquez-lui pourquoi. Dites-lui à quoi elle fait référence pour vous, quelle image ou quel sentiment vous lui attribuez. Amusé par votre explication, il en fera de même et vous serez sans doute surpris du résultat. Ensuite, il vous suffira de passer à l’action. Notez que, pour les chambres, il est préférable de favoriser les bleus (pour la concentration), le rose (pour la douceur), le vert (pour un sentiment de sécurité), le jaune (pour la créativité). Le rouge, en revanche est à proscrire (trop énergique) à moins de le temporiser en version terracotta. Vous pourrez associer la couleur et un papier peint, au design intemporel afin d’éviter d’avoir à le changer trop rapidement. Nous voilà donc loin de la chambre caricaturale à l’effigie de ses héros et autres idoles du moment, n’est-ce pas ? (Ces icônes pourront toujours prendre l’aspect d’un coussin ou accessoire, s’il insiste !)

Mika Baumeister On Adopte La Couleur

Crédit photo : Mika Baumeister « on adopte la couleur »

Le « moodboard »

Pour aller plus loin dans l’exercice, et faire s’exprimer le caractère peut-être effacé de votre enfant, il peut être utile de faire intervenir quelques images. Asseyez-vous dans sa chambre avec des magazines, deux bâtons de colle, deux feuilles A3 et des ciseaux. Dites-lui que c’est comme avec le catalogue de jouets pour Noël : il a le droit de déchirer ou découper toutes les images qu’il trouve jolies. Regroupez-les alors en un collage sur la feuille. Une direction, une intention, un sens va forcément se dégager. Ainsi, ensemble, vous réussirez à dévoiler la trame de son univers, soit le point de départ pour inspirer la décoration de sa chambre.


« Un espace, une fonction », connaissez-vous ce théorème ?


Estee Janssens Un Moodboard à Quatre Mains

Crédit photo : Estee janssens « un moodboard à quatre mains »

L’espace

« Un espace, une fonction », connaissez-vous ce théorème ? Plus facile à énoncer qu’à démontrer… surtout dans une chambre qui, parfois si petite, doit néanmoins réunir lit, penderie, bureau, salle de jeu et de lecture… Continuons donc le « room tour » avec notre enfant. Demandez-lui ce qui le dérange dans chacune des zones concernées ; soyez attentif aux éléments qui lui font peur, ou qui l’indiffèrent. Il doit ressentir une forme de joie ou de fierté pour se sentir ‘apaisé’ et en appartenance avec ce lieu. Le moment est ainsi venu de faire place nette avec lui.

Le lit se doit d’occuper une zone douillette, idéalement loin de la porte et à l’opposé d’une fenêtre pour ne pas être dérangé par la lumière et le bruit. On peut d’ailleurs apposer en guise de tête de lit un joli lé de papier peint ou couleur profonde, voire sombre, pour ancrer cette fonction à un endroit précis de la pièce. Le bureau peut être lié au coin lecture. Si l’espace manque, pourquoi ne pas réaliser un coin recto verso, par exemple une planche de melaminé coloré, apposée sur des caisses en bois qui accueilleront les livres ? Allons même jusqu’à tracer un grand cercle jaune sur le mur ou coin de murs de cet espace pour favoriser l’enthousiasme de notre enfant à faire ses devoirs ! Quant aux jouets – attention opinion radicale sur le sujet – je propose de mettre en place un système de roulement : l’enfant redécouvre ses jeux et apprend à mieux se concentrer sur chacun d’entre eux. Chaque semaine, le même jour, on installe à la cave (ou dans un placard d’une autre pièce) trois jouets que l’on remplace par 3 autres… et basta. Si la place manque, on les glisse dans une jolie malle qui fera office de banquette en bout de lit ou sous ce dernier dans un tiroir plastique qui coulisse et disparaît. Pas mal non plus le sac à jouets Play and Go que l’on peut accrocher à une patère si l’espace au sol est limité. Et pour les artistes en herbe, on pourra installer au mur un carré d’un mètre de grillage à poules à l’aide de quelques crochets et venir y épingler ses dessins ou peintures avec de simples pinces à linge en bois. Alors, on essaye ?

Mathilde Merlin Une Chambre Enfant Personnalisée

Crédit photo Mathilde Merlin « une chambre d’enfant personnalisée »


Continuer votre lecture avec
Toa Heftiba « Un Jeu De Matières »

Ma grand-mère, la regrettée Simone, se plaisait à clore tout débat de nature esthétique de ce sage adage : « chacun son mauvais goût ». Dans d’autres sphères, à d’autres époques, quand Nietzche soutenait que « le mauvais goût a son droit autant que le bon », Galliano ironisait : « je préfère le mauvais goût à l’absence totale de goût ! ». Un vaste sujet en matière de décoration et aménagement, dont je vous propose de débattre…

Rédigé par : Mélanie Trinkwell, Designer d’intérieur

Toa Heftiba « Un Jeu De Matières »

Meine verstorbene Großmutter Simone gefiel sich darin, jede Diskussion zum Thema Ästhetik mit diesem weisen Ausspruch abzuschließen: „Jedem sein schlechter Geschmack.“ In anderen Kreisen, in einer anderen Epoche behauptete Nietzsche, der schlechte Geschmack habe ebenso seine Daseinsberechtigung wie der gute Geschmack – dazu bemerkte Galliano ironisch: „Ich bevorzuge einen schlechten Geschmack gegenüber der völligen Abwesenheit von Geschmack!“ Hiermit möchte ich Sie zu einer Diskussion über ein weitreichendes Thema im Hinblick auf Dekoration und Einrichtung einladen

Rédigé par : Mélanie Trinkwell, Innenarchitektin

Un Interieur Maximaliste Chaleureux Et Bavard

Maximalism? A great decorative movement that spices up everyday life and asserts its individuality loud and clear. In short, the exact opposite of an unattainable and often disembodied perfection. Marie Kondo, the queen of decluttering and sleek interiors, can kindly move on…

Rédigé par : Mélanie Trinkwell, Interior Designer